e-PREVISIONS

e-PREVISIONS

FOND VERT : LE BURKINA FASO EN QUÊTE DU VERDISSEMENT DE SON ECONOMIE

Pour le Ministère de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement climatique, une étude sur l’Evaluation des besoins et Capacités institutionnelles pour l’Apprentissage en économie verte et inclusive au Burkina, conduite par le Centre d’Etudes, de Documentation et de Recherche Economique et Sociale (CEDRES), avec l’appui de Partnership for Action on  Green Economy (PAGE), a été validé en Atelier ce vendredi 22 juin 2018 à Ouagadougou.

 

 

L’étude concours à la mise en œuvre de réformes politiques et stratégiques pour le verdissement de l’économie du Ministère de l’Environnement, de l’économie Verte et du Changement Climatique du Burkina Faso, soutenues par le PAGE et le Programme Switch Africa Green (SAG).

Ont pris part à l’Atelier de Validation de ce rapport, les Directeurs Généraux, les chefs de service, les agents de différents ministères et structures rattachées concernées, notamment le

  • Ministère de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement climatique ;
  • Ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat ;
  • Ministère des ressources Animales et halieutiques ;
  • Ministère des transports ;
  • Ministère de l’Energie ;
  • Ministère des Mines et des carrières ;
  • Et bien d’autres structures publiques, para-publiques et privées concernées

Le rapport a été présenté, avant sa validation, par le Professeur Idrissa M. OUEDRAOGO, Directeur du CEDRES, les Docteurs Didier ZOUNGRANA et Idrissa OUIMINGA.

 

 

Le rapport est parvenu à des conclusions et recommandations assez intéressantes et qui sont en phase avec le PNDES et la Stratégie Nationale de l’Economie Verte.

Un plan d’action a été proposé, dont les principaux axes d’intervention concernent :

  • Un certain nombre de secteurs clés identifiés (la foresterie, l’énergie, l’eau et assainissement, l’agriculture et l’élevage, les mines et les transports, le tourisme et l’éducation ;
  • Le relèvement du niveau des ressources humaines susceptibles de donner des services d’apprentissage liés à l’économie verte ;
  • La sensibilisation des populations sur les vertus de l’économie verte à travers des plans de communication ;
  • Le renforcement les compétences des enseignants chercheurs à travers des formations ;
  • L’intégration des modules de formation liés à l’économie verte dans les curricula d’enseignement depuis le primaire jusqu’à l’Université
  • La promotion des énergies renouvelables ;
  • La sensibilisation des élus locaux ;
  • Le renforcement des capacités des élus nationaux ;
  • La sensibilisation des orpailleurs ;
  • Faire connaître la stratégie Nationale de l’économie verte au grand public;
  • Définir des budgets spécifiques pour le renforcement des capacités des agents des différents ministères dans le domaine de l’économie verte ;
  • Encourager l’entreprenariat vert ;
  • Renforcer les capacités des formateurs dans le domaine de l’économie vert ;
  • Créer des points focaux dans les différents Ministères concernés

A l’issue de la présentation du rapport, les participants ont formulés des recommandations complémentaires qui devront être intégrés dans le rapport final.

Sous réserves des amendements et des recommandations, le rapport a été validé par les participants par acclamation.

 

Par Abdoulaye SIRY

Doctorant, Université Ouaga II

 



24/06/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres