e-PREVISIONS

e-PREVISIONS

17ème AFRICA's PULSE: LES TROIS MESSAGES DE LA BANQUE MONDIALE POUR L'AFRIQUE SUBSAHARIENNE

 

A la présentation du 17ème rapport semestriel Africa's Pulse de la Banque mondiale donnant les projections macroéconomiques, trois messages ont été livrés par Albert G. ZEUFACK, Economiste en Chef de la Banque mondiale, région Afrique, le mercredi 18 avril 2018, pris en direct de Washington par Vidéo conférence.

1. Premier message: La croissance a rebondi en Afrique subsaharienne, mais pas assez rapidement;

2. Deuxième message: Nos pays devront consacrer une attention particulière à la gestion de la dette;

3. Troisième message: Mettre à profit l'innovation, pour résoudre le problème de l'accès universel à l'électricité.

 

Albert Zeufack, Economiste en Chef de la Banque mondiale, Région Afrique

 

Le taux de croissance économique de l'Afrique subsaharienne devrait atteindre 3.1 % en 2018 et s'établirait à 3.6 % en moyenne sur la période 2019-2020. Encore loin des niveaux d'avant crise, ce taux est jugé insufisant par Albert Zeufack, économiste en Chef de la Banque mondiale pour la région Afrique.

 

Le Nigéria, l'Angola et l'Afrique du Sud, les trois plus grandes économies de la région connaissent une reprise progressive justifiant le rythme modéré de l'expansion économique dans la région. L'activité économique de certains pays (exportateurs de métaux) repartirait à la hausse. Dans l'UEMOA, le rapport indique que la Côte d'Ivoire et le Sénégal conserveront une croissance solide du fait des investissement d'infrastructure.

 

Punam Chuhan-Pole, économiste principale à la Banque mondiale et auteur du rapport souligne que "Pour nombre de pays d'Afrique, le redressement économique est menacé par les fluctuations des cours et de la production des matières premières.

 

Contrairement aux années 2000 où la dette était essentiellement concessionnelle, la structure de la dette en Afrique a changé, affirme Albert ZEUFACK. Contre 8 pays en 2013, 18 pays étaient classés en mars 2018 comme étant exposés à un risque élevé de surendettement.

 

Le troisième méssage fondamental de ce rapport est que l'innovation sera la clé du futur. Pour atteindre l'objectif d'accès universel à l'électricité nos pays doivent combiner un ensemble de solutions.

 

Alors, il faudra s'assurer que les réformes macroéconomiques se poursuivent et que l'on approfondisse les reformes structurelles pour ramener la croissance à un niveau d'avant crise. Des efforts pour améliorer la gouvernance dans le secteur de l'énergie plein d'opportunités et surtout dans les entreprises publiques d'électricité.

 

Autre lien: Africa's Pulse

 

Par Abdoulaye SIRY

 

 

 

 

 



19/04/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 71 autres membres